La COP27 commence dans deux semaines environ et dans cette édition de la lettre d’information Zéro Fossile, nous allons aborder de nombreux exemples de la manière dont notre mouvement s’organise dans le monde entier pour faire pression sur les responsables présents à la conférence, et aussi vous expliquer comment vous pouvez participer !

Même si les vraies actions pour le climat n’ont généralement pas lieu pendant les COP, celles-ci font partie de l’effort mondial pour remédier à la dégradation du climat. Pour résoudre cette crise mondiale, nous avons besoin d’une mobilisation mondiale, et la COP est pour nous une occasion unique de mettre sous les projecteurs le changement que nous voulons voir se réaliser. Cette année, la conférence se déroule en Afrique, le continent le plus touché par les effets de la crise climatique. Et nous suivons la voie tracée par les activistes du continent pour démontrer que chaque dixième de degré compte..

Inscrivez-vous pour la Fossil Free News : Les dernières actus qui comptent et qui inspirent sur la lutte pour le climat de part le monde, livrées directement dans votre boîte mail tous les mois.

Dernières nouvelles du front

Du Cap jusqu’au Caire #Road2COP

Que diriez-vous d’un voyage à travers l’Afrique ?

Du 22 octobre au 16 novembre, 350Africa.org mettra en lumière plusieurs batailles menées sur le continent pour mettre fin au changement climatique et aux projets d’exploitation des énergies fossiles. Où que vous soyez, vous pourrez rejoindre notre « caravane » en ligne et suivre de près le travail des groupes et des mouvements d’initiative locale, de l’Afrique du Sud à la République démocratique du Congo, en passant par l’Ouganda et la Tanzanie.

Cette caravane virtuelle prépare le terrain pour ce que les activistes de toute l’Afrique attendent de la COP27, et elle dénonce le rôle de l’industrie des énergies fossiles et de la finance dans l’accélération de la crise climatique. La première étape a eu lieu en Afrique du Sud, avec la Fair Finance Coalition et des explications sur le financement de la lutte contre le changement climatique et sur le partenariat pour une transition énergétique juste (JETP). Ensuite, nous manifesterons notre solidarité avec 40 organisations locales d’Ouganda, de Tanzanie et de RDC.

 Les larmes de la résilience

Des organisations locales, de la société civile et des ONG se sont rassemblées sur l’île de Kioa, dans le Pacifique, afin de se préparer à faire entendre une voix unie à la COP27. Elles ont ainsi rédigé la « Déclaration d’urgence climatique de Kioa », réclamant des mesures plus importantes en matière d’atténuation et d’adaptation, une plus grande place pour les pertes et dommages dans les négociations (c’est-à-dire la prise en compte des dommages déjà causés par la crise climatique), et la création d’arrangements financiers plus équitables.

 

Les peuples du Pacifique continuent à montrer l’exemple en revendiquant un traitement juste et équitable des menaces de la crise climatique. Kioa n’a pas été choisie au hasard : la population a été déplacée depuis Tuvalu vers cette île qui a été achetée à Fidji en 1946 pour assurer l’avenir de son peuple. Ces populations elles-mêmes ont vécu la migration et les déplacements forcés dus au changement climatique. Elles ont su en tirer de nombreux enseignements et une sagesse tels que nous avons hâte d’en savoir plus à l’occasion de leur voyage vers la COP.

Vaca Muerta est une « bombe économique »

Les énormes réserves de gaz et d’huile de schiste de la Patagonie argentine, ont été présentées par les compagnies pétrolières comme la solution à la dépendance énergétique et au joug de la dette extérieure. Mais la vérité est tout autre : c’est un piège !

La semaine dernière, 350 Amérique latine a publié la première partie d’un rapport détaillé : « Vaca Muerta : un piège de gaz et de pétrole ». L’étude se penche sur les véritables coûts (souvent cachés) de la fracturation hydraulique à Vaca Muerta, et les chercheurs ont constaté que la somme dépasse plusieurs TRILLIONS de dollars.

Cela signifie donc que si nous n’arrêtons pas cette bombe de carbone immédiatement, les dégâts sociaux et environnementaux qui touchent déjà des milliers de personnes imposeraient un lourd fardeau sur tout le pays.

Lire le rapport (en anglais)
Grande manifestation à Paris contre l’inflation et la crise climatique

Les conséquences de l’inflation, de la hausse du coût de la vie et des effets du changement climatique sont à présent un véritable fléau pour de nombreuses familles et ont fait descendre des dizaines de milliers de manifestant·e·s dans les rues de Paris la semaine dernière. Ils/elles sont venu·e·s en grand nombre manifester leur colère face à la hausse des prix et à l’inaction climatique, affirmant qu’il n’existe aucune vraie solution sans justice climatique.

Des participant·e·s à une manifestation – Stephane Mahe/Reuters

Comme nous avons pu le constater au cours des derniers mois, la France et d’autres parties de l’Europe ont subi canicule sur canicule, avec des températures extrêmes. Le grand public en a assez et exige des mesures de la part de ses dirigeant·e·s.

À voir absolument

Pendant la journée investisseurs de Total Energies qui a eu lieu il y a quelques semaines, des manifestant·e·s ont organisé une marche pour se joindre au débat.

En mai dernier, lors de l’Assemblée générale annuelle, les actionnaires ont voté pour le  » Plan Climat  » de Total, et une large majorité l’a approuvé. Cependant, Total affirme que  » de nouveaux développements dans le gaz et le pétrole sont encore nécessaires « . Mais la science est catégorique : aucune autre installation de production de gaz ou de pétrole ne doit sortir de terre si nous voulons limiter le réchauffement à 1,5 °C !

Nous demandons aux actionnaires de ne plus être complices des mensonges de Total, de respecter leurs propres engagements pour le climat, et de faire pression sur la multinationale pour renoncer au projet climaticide #StopEACOP.

Photo Hugo Perrin / Vidéo @Mad_Margaux

LE POUVOIR EST ENTRE VOS MAINS

Semaine mondiale d’action Stop EACOP

Quand vous lirez ces lignes, des centaines de personnes dans le monde entier se seront déjà rassemblées pour faire pression sur les banques, les compagnies d’assurances et les entreprises qui financent l’immense oléoduc dont la construction est prévue entre l’Ouganda et la Tanzanie (l’Oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est, ou EACOP). Mais ne vous inquiétez pas, il est encore temps de nous rejoindre et d’ajouter votre nom !

Du 24 au 30 octobre, la Semaine mondiale d’action Stop EACOP mettra en évidence la dimension internationale de cette lutte, avec des actions virtuelles dans plusieurs régions du monde. L’idée est de vraiment mettre la pression sur les financiers et sur les bailleurs de l’EACOP avant la COP27.

BOOSTEZ VOTRE MILITANTISME

Quel est le lien entre changement climatique et droits humains ?

Chez 350.org, nous luttons pour la justice climatique et cela implique de comprendre que les véritables solutions de la crise du climat sont celles qui sont bâties sur l’équité et que les questions sociales, environnementales, économiques, raciales, de genre et du climat sont douloureusement liées.

Les effets de la crise climatique se font déjà ressentir partout dans le monde ; ils marquent profondément les populations, frappant plus fort ceux et celles qui se trouvent dans les régions ou les conditions sociales les plus vulnérables.

Amnesty International propose une formation en ligne gratuite (en anglais) qui analyse les liens entre le changement climatique et les droits humains. Jetez un coup d’œil :

En savoir plus ici

 

Citation du mois

« La COP26 et celles qui l’ont précédée n’étaient pas inclusives, et lors de la COP27, je veux voir l’inclusion des peuples autochtones d’Afrique, les populations prétendument marginalisées, celles qui ont été intentionnellement effacées. Je veux entendre les voix de ces populations. Et puisque la COP se déroule en Afrique, pourrait-on voir l’Afrique prendre les choses en main pour une fois ? »

Irene Aswa – Ecological Justice, Kenya

FacebookTwitter