L’urgence climatique est plus évidente que jamais : les actions requises doivent être immédiates et à la mesure de l’enjeu.

Nous devons bâtir un mouvement politique audacieux à même de faire face aux institutions qui perpétuent le changement climatique. L’urgence de la crise climatique exige que nos efforts d’organisation changent maintenant d’échelle.

Les lycéen·e·s montrent déjà la voie. Nous pouvons leur apporter notre aide : en déterminant les principales cibles institutionnelles, les exigences à leur opposer et des moyens d’action, nous contribuerons à donner au mouvement l’envergure nécessaire pour triompher.

Greta Thunberg a dit : « je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu ». Photo The Guardian.

Greta Thunberg a dit : « je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu ». Photo The Guardian.

Que faire ?

Les études montrent que les mouvements sociaux sont victorieux lorsqu’un pourcentage de personnes, même relativement faible, s’organise activement et régulièrement. C’est pourquoi nous allons former des centaines de nouveaux défenseur·ses du climat et leur donner les compétences d’organisation nécessaires pour perturber efficacement les institutions qui sont les principales responsables de la crise.

Votre participation peut changer la donne. Votre capacité à mobiliser vos ami.e.s également. Pour changer le système, nous devons faire preuve de force, de visibilité et d’audace.

Certains continuent de tirer profit de la destruction du climat. Qu’il s’agisse d’institutions financières, de groupes politiques ou d’entreprises du secteur des énergies fossiles, ceux qui soutiennent le développement de ces combustibles doivent être affrontés et arrêtés. Grâce à des actions et à des mobilisations astucieuses et créatives, nous attirerons l’attention du monde entier et donnerons à d’autres personnes l’envie de se lever, d’agir et d’impulser un changement politique.

Nous y parviendrons en organisant une série de formations à l’action contre le financement des énergies fossiles, pour résister au pouvoir de l’industrie fossile. C’est là que vous pouvez intervenir.

Il y aura trois vagues de mobilisation :

  • Au printemps et en été 2019 : nous créons un élan : nous organisons des formations de masse et des actions collectives tout au long de ces deux saisons 2019 à travers toute l’Europe.
  • En automne 2019 : nous lançons des mobilisations de masse et des actions directes pour perturber nos cibles politiques, financières et institutionnelles.
  • En 2020 : nous montons en puissance : nous menons des formations continues, des mobilisations décentralisées et des actions directes de masse sur les chantiers d’infrastructures clés de l’industrie fossile et les symboles du pouvoir politique en Europe.

Nos revendications

  • Non-prolifération des combustibles fossiles : interdiction immédiate de tout nouveau permis d’exploration, d’extraction, de transport ou de mise en œuvre de combustibles fossiles ou d’extension d’un projet existant.
  • Arrêt des flux monétaires : adoption immédiate d’une réglementation visant à mettre fin aux flux financiers publics et privés vers ou depuis le secteur des combustibles fossiles et les projets y afférents.

Nous résistons et nous dessinons une vision positive de l’avenir. Nous pouvons nous inspirer des jeunes du mouvement Sunrise aux États-Unis, qui réclament un New Deal écologique. Il est possible de déployer un plan de transition sur 10 ans qui permette d’assurer la justice climatique et économique pour les personnes les plus touchées et de passer aux énergies 100 % renouvelables.

Êtes-vous prêt·e à agir ?

Si vous l’êtes, super ! Que vous soyez prêt.e à la désobéissance civile, que vous vouliez écrire des messages sur les réseaux sociaux, soutenir les équipes juridiques, envoyer des communiqués de presse ou faire la cuisine, nous avons besoin que vous vous impliquiez, vous avez un rôle à jouer. Tous ces rôles sont essentiels pour créer le changement dont nous avons besoin.

Nous recrutons actuellement pour notre première formation à l’action, qui aura lieu au Luxembourg du 3 au 9 juin prochain. Prévenez-nous de votre participation et réservez votre place dès maintenant en vous inscrivant ici.

Lors de cette première formation, nous mènerons une action ensemble, nous tirerons ensemble les enseignements de cette expérience et nous déciderons d’une date à laquelle nous organiserons des actions décentralisées dans notre région. Nous affinerons nos connaissances de l’industrie fossile, de la façon dont elle soutient le développement des énergies fossiles dans nos pays comme à l’étranger et des moyens dont nous disposons pour aider efficacement les personnes qui en sont les plus touchées. Nous discuterons de la manière dont nous pouvons efficacement et collectivement forcer ces industries à changer et d’un plan de mobilisation pour y parvenir rapidement.

Pourquoi cela et pourquoi maintenant ?

Les données scientifiques sont claires et le dérèglement climatique pèse déjà sur celles et ceux qui en sont le moins responsables. Pour éviter que cette crise climatique ne devienne le pire des fléaux, nous devons stopper la course aux énergies fossiles et impulser une transition rapide vers des solutions renouvelables, justes et équitables.

Pour avoir une chance de limiter le réchauffement climatique sous la barre des 1,5°C  (un objectif que nous pouvons encore atteindre tout en faisant œuvre de justice envers les populations touchées). AUCUNE NOUVELLE INFRASTRUCTURE D’ÉNERGIE FOSSILE ne doit être construite. À partir de maintenant, chaque décennie doit marquer une réduction d’au moins 50 % des émissions de CO2.

Sans le soutien des institutions financières à la fois publiques et privées, il est presque impossible de monter de nouveaux projets liés aux combustibles fossiles, c’est pourquoi pour enrayer la crise climatique, nous devons détourner l’économie qui l’entretient et nous élever contre l’argent qui irrigue l’industrie fossile.

En nous organisant, en ciblant les institutions politiques et financières clés, nous pouvons créer un élan pour des mobilisations de masse et gagner en puissance pour imposer un changement politique.

Chaque fois que nous nous adresserons à des banques, à des représentants politiques locaux, à des maires, à des personnes qui détiennent un pouvoir économique, nous exigerons la même chose : pas de nouveaux combustibles fossiles. Pas d’argent pour le développement des énergies fossiles.