12 décembre, 2016

RAPPORT : Le montant du désinvestissement des combustibles fossiles a été multiplié par deux grâce aux promesses d’institutions gérant 5 000 milliards USD d’actifs

Selon le troisième rapport annuel, 688 institutions de 76 pays se sont engagées à désinvestir

INTERNATIONAL – Le mouvement mondial de désinvestissement des combustibles fossiles a doublé de taille depuis septembre 2015, selon le troisième rapport annuel Global Fossil Fuel Divestment and Clean Energy Investment Movement d’Arabella Advisors. Ce rapport, publié aujourd’hui par le réseau Divest-Invest, paraît exactement un an après l’adoption de l’accord de Paris sur le changement climatique par les gouvernements du monde entier.

688 institutions de 76 pays gérant 5 000 milliards USD d’actifs se sont engagées à désinvestir. [1]  Le Trinity College de Dublin, 16 universités du Royaume-Uni, la Société islamique d’Amérique du Nord et l’American Public Health Association, entre autres organisations prestigieuses, ont ainsi rejoint récemment le mouvement.

« À quelques semaines de la fin de l’année 2016, qui est l’année la plus chaude jamais enregistrée, le succès du mouvement de désinvestissement est indéniable », a déclaré May Boeve, directrice administrative de 350.org. « Face aux impacts climatiques qui s’intensifient et à des gouvernements rétrogrades et indifférents au réchauffement climatique, comme l’administration Trump, il est plus important que jamais que nos institutions, en particulier à l’échelle locale, prennent leurs responsabilités pour libérer le monde de l’industrie fossile. »

La campagne qui a vu le jour sur le campus d’universités des États-Unis s’est progressivement convertie en un mouvement reconnu à l’échelle planétaire adopté par tous les secteurs de la société. Les promesses et les campagnes de désinvestissement proviennent d’un très large éventail d’institutions : universités, fonds de pension, groupes religieux, organisations de santé, compagnies d’assurance et entités culturelles, pour n’en citer que quelques-unes.

La semaine dernière, les militant.e.s de la campagne Divest Nobel ont publié une lettre signée par 17 lauréat.e.s du prix Nobel du monde entier, dont l’archevêque Desmond Tutu, appelant la Fondation Nobel à respecter la volonté d’Alfred Nobel et à désinvestir des combustibles fossiles.   

Le Musée d’histoires naturelles de New York a répondu à une campagne menée par des scientifiques et des activistes l’enjoignant à rompre tout lien avec l’industrie des combustibles fossiles. L’établissement a en effet révélé avoir réduit l’exposition de ses 650 millions USD d’investissement au charbon, au pétrole et au gaz et rechercher des gestionnaires de portefeuille tenant compte du risque climatique et privilégiant l’énergie renouvelable.

En octobre, le diocèse brésilien d’Umuarama, qui englobe 45 paroisses et quelque 490 000 habitant.e.s, est devenu le premier diocèse et la première institution d’Amérique latine à désinvestir des combustibles fossiles. « Nous ne pouvons plus fermer les yeux et laisser les intérêts qui placent les profits financiers outranciers avant le bien-être des peuples détruire la biodiversité et les écosystèmes, et continuer d’imposer un modèle énergétique basé sur les combustibles fossiles, alors que tant d’options d’énergie propre et renouvelable s’offrent à nous », a affirmé Dom Frei João Mamede Filho, évêque du diocèse d’Umuarama, au Brésil.

La célébration de cette étape majeur dans son avancée n’empêche pas le mouvement pour le désinvestissement de reconnaître l’urgence croissante d’une action rapide et audacieuse pour résoudre la crise climatique et c’est pour cette raison qu’il a annoncé une vaste mobilisation pour l’année prochaine.

« Le désinvestissement des combustibles fossiles est devenu un mouvement pesant 5 000 milliards USD qui est désormais reconnu, parce que nos institutions et notre société savent que nous avons besoin d’une transition rapide et juste tournant la page de l’économie basée sur l’industrie fossile », a déclaré Yossi Cadan, responsable mondial de la campagne de désinvestissement pour 350.org. « Malheureusement, de nombreuses institutions n’agissent pas assez vite. C’est pourquoi nous lancerons des mobilisations dans le monde entier en mai 2017, afin d’attirer l’attention sur les impacts de l’industrie fossile et d’intensifier l’appel au désinvestissement qui sera envoyé aux gouvernements et aux institutions. »

La mobilisation mondiale en faveur du désinvestissement se déroulera du 3 au 13 mai 2017.

###

Pour consulter le rapport d’Arabella, rendez-vous sur : https://www.arabellaadvisors.com/wp-content/uploads/2016/12/Global_Divestment_Report_2016.pdf

Pour accéder au communiqué de presse du réseau Divest-Invest, rendez-vous sur : https://fenton.egnyte.com/fl/iNgNKcqLFv#folder-link/

Pour une liste complète des promesses de désinvestissement des combustibles fossiles, rendez-vous sur : gofossilfree.org/commitments

[1] Le volume financier du mouvement correspond au total des actifs gérés par les institutions s’étant engagées à un désinvestissement au moins partiel des combustibles fossiles. Il est fréquent que les groupes d’investisseurs partageant des préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) soient considérés sous l’angle du total des actifs gérés. Par ailleurs, bon nombre des institutions qui se sont engagées à exclure les combustibles fossiles n’investissent pas leurs avoirs de façon transparente et ne souhaitent pas dévoiler d’informations précises sur leur portefeuille. Il n’a donc pas été possible de chiffrer avec précision le désinvestissement des entreprises fossiles.

Personnes à contacter

France: Nicolas Haeringer, nicolas@350.org, +33 650 86 12 59

Europe : Melanie Mattauch, melanie@350.org, +49 151 5812 0184

International : Hoda Baraka, hoda@350.org, +201 001 840 990