Lundi 22 novembre, à 19h, nous avons organisé le webinaire “TotalMent : Stop à l’impunité !”. Lors de cet événement, nous avons été presque 200 personnes à nous connecter pour exposer les abus de Total dans le monde.

Nous avons abordé des thématiques liées à l’impérialisme économique, militaire et politique de Total, et de son soutien par l’Etat et les institutions françaises. Nos invité·es nous ont ainsi permis de mettre en lumière les violations de l’environnement, des droits humains et de la souveraineté des Etats des populations dites du Sud par Total. 

Vous pouvez revoir le webinaire ici:

 

Maintenant que nous avons fait la lumière sur les abus de Total, il est temps de passer à l’action. Pour ce faire, nous avons listé ci-dessous plusieurs actions simples et rapides à entreprendre afin de contrer les abus perpétrés par Total dans le monde, ainsi que pour informer le grand public sur ses agissements. Cette liste a été complétée avec quelques idées et ressources qui ont été partagées pendant le webinaire.

Partagez-les auprès de votre famille et de vos ami·es afin d’amplifier leur portée !

 

Dites aux bailleurs de fonds de Total ☞ #TotalMent : pas un centime de plus

 

Rejoignez les dizaines de milliers de personnes appelant les principales institutions financières en France à cesser immédiatement de prêter à Total les fonds nécessaires à la réalisation de ses projets destructeurs du climat. Ajoutez votre nom et rejoignez le mouvement pour couper les vivres à Total !

 

  • Participez au parcours d’engagement Total Ment

Rejoignez le programme d’engagement de 10 jours par 350.org, Notre Affaire à Tous et Make Sense

10 jours pour agir concrètement et se former en recevant un contenu par jour

10 jours pour échanger avec d’autres citoyen•nes qui veulent faire entendre leur voix

10 jours pour mobiliser autour de vous et faire grandir l’engagement collectif

Si les dates des sessions ne vous conviennent pas, inscrivez-vous ici.

 

  • Interpellez les députés pour exiger une commission d’enquête parlementaire sur les révélations #TotalMent et le soutien de l’Etat français aux projets climaticides de Total. 

Une demande de commission d’enquête parlementaire a été déposée début novembre. Le dossier est maintenant sur le bureau des membres de la Commission du Développement Durable de l’Assemblée Nationale. Ne les laissons pas l’enterrer et prendre la poussière ! Il est urgent de faire la lumière sur l’implication de l’État dans la stratégie du doute à l’égard du réchauffement climatique portée par les entreprises Elf et Total lorsqu’il en était actionnaire ainsi que sur les soutiens publics accordés depuis sa privatisation au groupe TotalEnergies pour la poursuite de l’exploitation des énergies fossiles. 

  1. Envoyez un tweet
  2. Envoyez un email
Membres de la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale
Présidente.  Mme Laurence Maillart-Méhaignerie, LREM, Ille-et-Vilaine 2e : @LMaillart 
Vice-présidente.s  M. Guillaume Garot, Socialistes et apparentés, Mayenne 1re : @guillaumegarot

Mme Marjolaine Meynier-Millefert, LREM, Isère 10e : @M_MeynierM

M. Damien Pichereau, LREM, Sarthe 1re : @DamienPichereau

M. Jean-Marie Sermier, LR, Jura 3e : @jmsermier

Secrétaires M. Guy Bricout, UDI et Indépendants, Nord 18e : #GuyBricout

M. Jean-Luc Fugit, La République en Marche, Rhône 11e : @Jean_LucFUGIT

Mme Florence Lasserre, MoDem et apparentés, Pyrénées, Atlantiques 5e : @FlorenceLASSERR

Mme Sandra Marsaud, La République en Marche, Charente 2e : @MARSAUDSandra

Liste complète des membres de la Commission du Développement Durable en mesure de demander la commission d’enquête. 

 

RESSOURCES POUR ALLER PLUS LOIN 

 

  • Informez-vous, sensibilisez votre entourage & invitez-les à rejoindre le mouvement

En regardant et partageant la série de vidéos « Total Savait & a Menti ».

Dans cette série de vidéos courtes (2 à 4min), nous détaillons les différents volets du scandale Total, l’histoire de notre campagne et les solutions pour lutter contre la folie destructrice du géant pétrolier.

Voici le détail des épisodes :
1. Total Savait – les éléments principaux de l’enquête.
2. L’origine de l’enquête – de la première découverte à la révélation d’un scandale majeur.
3. La négation du changement climatique, utilisée par Total jusqu’en 88.
4. La stratégie du doute, une négation 2.0.
5. La régulation des pétroliers contre le colonialisme environnemental.
6. Total Énergies, net-zero, gaz naturel : le greenwashing, arme d’opinion massive.
7. Quelles solutions pour empêcher Total de détruire le climat ?

 

  • #StopEACOP : Arrêtons le flux de l’argent vers les entreprises 

La construction du plus grand oléoduc chauffé du monde est un travail coûteux et Total et China National Offshore Oil Corporation ne peuvent pas le faire seuls – ils ont besoin du soutien d’investisseurs, de banques, d’assureurs, de conseillers techniques et d’entrepreneurs en construction du monde entier. 

L’expérience nous a appris que les entreprises sont attentives lorsqu’un nombre suffisant de personnes dénoncent leurs décisions et leurs actions. Par exemple, suite à notre plaidoyer, la Banque africaine de développement a déclaré qu’elle ne financerait pas le gazoduc. 

Si nous pouvons arrêter l’acheminement de l’argent vers l’EACOP, alors nous pourrons arrêter le pipeline lui-même. 

Rendez-vous sur le site stopeacop.net pour en  plus sur ce projet climaticide.

 

  • Soutien à la nation Mapuche (Vaca Muerta) 

Prenez-vous en photo avec ce texte écrit sur une feuille “Fuera los militares de territorio Nación Mapuche; Nación Mapuche Libre; Libertad a los Prisioneros Políticos Mapuche” OU “Militaires sortez du territoire Mapuche;  Nation Mapuche Libre; Liberté aux prisonniers politiques Mapuche”. 

Téléchargez votre photo sur Drive et en enregistrant le fichier, mentionnez de quelle ville vous venez.

Utilisé pour sensibiliser sur la lutte Mapuche et montrer à la communauté la solidarité internationale contre le colonialisme et la répression politique. 

 

  • Rapport “Opération Shabwa : La France et Total en guerre au Yémen ?” développé par les ONG Observatoire des armements et SumOfUs, en collaboration avec Les Amis de la Terre 

Cette enquête publiée par l’Observatoire des armements et SumOfUs, en collaboration avec les Amis de la Terre, retrace la militarisation des activités de Total au Yémen depuis les années 1980.

Des sources ouvertes et témoignages recueillis font état de la configuration de Balhaf, le site de liquéfaction gazière opéré par Total, comme base militaire (depuis 2009) et prison secrète (en 2017 et 2018).  Le rapport interroge aussi le rôle du gouvernement français, acteur de la militarisation du site, et a garanti le projet gazier de la multinationale.

Lisez le rapport.

 

  • Article Monde Diplomatique : “Total, un gouvernement bis”, par Alain Deneault 

Texte écrit par notre premier intervenant Professeur Alain Deneault et qui traite des conflits de loyauté de la plus grande entreprise française : Total. 

Résumé : Dedans et dehors. Dedans quand il s’agit, avec l’appui du gouvernement français, de décrocher des contrats, de protéger ses investissements, d’orienter les politiques publiques. Dehors quand, dégagée de toute tutelle gouvernementale, la multinationale peut mieux défendre les intérêts de ses actionnaires, majoritairement étrangers. Mais pourquoi la France reste-t-elle alors si obstinément fidèle à Total ?

Lisez l’article.

 

 

  • Livre “De quoi Total est-elle la somme ?” par Alain Deneault. Mars 2017.

Faire la somme d’une société pétrolière comme Total, c’est faire la cartographie de cette institution qui domine nos sociétés en ce début de XXIe siècle. En se penchant sur le cas d’école de la multinationale Total, active dans plus de 130 pays, Alain Deneault montre comment l’état du droit et la complicité des États ont permis à une firme, légalement, de comploter sur la fixation des cours du pétrole ou le partage des marchés, de coloniser l’Afrique à des fins d’exploitation, de collaborer avec des régimes politiques officiellement racistes, de corrompre des dictateurs et des représentants politiques, de conquérir des territoires à la faveur d’interventions militaires, de délocaliser des actifs dans des paradis fiscaux ainsi que des infrastructures dans des zones franches, de pressurer des régimes oligarchiques en tirant profit de dettes odieuses, de polluer de vastes territoires au point de menacer la santé publique, de vassaliser des régimes politiques pourtant souverains en théorie, de nier des assertions de façon à épuiser des adversaires judiciaires, d’asservir des populations et de régir des processus de consultation.

Téléchargez les 100 premières pages du livre.

 

  • Dites stop à la propagande des industries fossiles – Initiative Citoyenne Européenne par Greenpeace 

Les entreprises pétrolières et gazières, les constructeurs automobiles et les compagnies aériennes et maritimes utilisent la publicité, le mécénat culturel et le sponsoring sportif pour détourner votre attention des impacts climatiques désastreux de leurs activités. Si la publicité, le mécénat culturel et le sponsoring sportif ont été interdits pour l’industrie du tabac pour des raisons de santé publique, il doit en être de même pour l’industrie des fossiles, pour protéger le climat et la biodiversité.

Vous avez le pouvoir de changer les choses, grâce à l’initiative citoyenne européenne !

 

  • “Total en Birmanie…” par INFO BIRMANIE

La compagnie française Total, l’entreprise américaine Chevron et la compagnie thaïlandaise PTT Exploration & Production (PTTEP) ont conclu au début des années 90 un partenariat avec la compagnie d’État birmane Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE) afin de mettre sur pied un des projets les plus controversés connus à ce jour: le “projet gazier Yadana”. Yadana, qui signifie “trésor” en birman, est le nom donné au pipe-line de 60 km de long qui transporte jusqu’à la Thaïlande du gaz naturel extrait par une plate-forme située au sud des côtes birmanes. Le pipe-line traverse le sud-est de la Birmanie, région à l’environnement fragile qui est contrôlée et administrée traditionnellement par des communautés Karen, Mon et Tavoyan. La plus grande part du gaz extrait est achetée par l’autorité pétrolière thaïlandaise (PTT); en réalité seule une faible partie du gaz et des revenus qu’il génère est utilisée au profit du peuple birman, ou est destinée à améliorer la sécurité énergétique du pays.

Info Birmanie réunit les informations sur la présence de Total en Birmanie.

FacebookTwitter