Fin août, alors que des incendies d’une intensité inédite frappaient la côte ouest du pays et qu’une partie de la population de la côte est se relevait à peine d’une canicule qui a fait des dizaines de victimes, le gouvernement canadien a acheté l’oléoduc Trans Moutain de la société américaine Kinder Morgan, un projet destiné à acheminer l’équivalent de 890 000 barils par jour de pétrole issu des sables bitumineux, ce qui réduira à néant la capacité du Canada à répondre aux engagements pris en vertu de l’accord de Paris.

Depuis des années, ce projet est contesté devant les tribunaux, dans la rue et sur les terres concernées, sous le leadership des nations autochtones. Une lutte qui s’est intensifiée ces derniers mois : près de 250 participant.e.s à des actions de grande envergure ont été arrêté.e.s, des milliers d’autres se sont mobilisées au Canada et dans le reste du monde et, plus récemment, une victoire éclatante a été remportée devant les tribunaux qui ont annulé l’autorisation injuste du projet qui avait été délivrée par le gouvernement.

Photo: Zack Embree

Sans mesures drastiques, les scientifiques prédisent que le Canada sera frappé par des incendies, des sécheresses et des vagues de chaleur extrême.

En Colombie-Britannique et en Alberta, la hausse des températures accentue les sécheresses et le dendroctone du pin se propage, transformant les forêts occidentales en véritables poudrières. L’année 2017 a été la pire en matière de feux de forêt, et 2018 le sera encore plus.

De l’autre côté du pays, la canicule a entraîné la mort de près de 100 personnes au Québec l’été dernier. Selon les scientifiques, ces vagues de chaleur devraient s’intensifier et faire jusqu’à cinq fois plus de victimes.

En dépit des effets de plus en plus dévastateurs des dérèglements climatiques et de la vive opposition de la population, le gouvernement canadien continue de soutenir et de développer l’exploitation des combustibles issus des sables bitumineux. Il s’agit de la source d’émissions qui connaît le développement le plus rapide dans ce pays et d’une réserve de combustibles fossiles dont l’exploitation complète entraînera la consommation de près d’un quart de l’ensemble du budget carbone mondial compatible avec l’objectif de 1,5 ºC.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui sait que le préjudice de ce projet est équivalent à la mise en circulation de 7 millions de nouveaux véhicules sur les routes canadiennes, a décidé d’investir au moins 4,5 milliards de dollars d’argent public dans l’acquisition de l’oléoduc de Kinder Morgan, en promettant de lancer les travaux le plus rapidement possible.

Pour l’instant, le tracé reste incertain, mais les populations opposées à sa construction sont toujours aussi mobilisées. Il reste à convaincre les responsables politiques canadiens de la nécessité de ne plus autoriser un seul nouveau projet de combustibles fossiles pour respecter nos engagements climatiques.

 


La fenêtre d’opportunité pour rester en dessous de 1,5° de réchauffement se referme rapidement. Des vies humaines sont en jeu – nous devons parvenir le plus rapidement possible à l’arrêt total des combustibles fossiles. Lisez l’intégralité du Rapport citoyen : objectif 1,5° ICI.