Média

Communiqués de presse, contacts, et ressources pour la presse.

Dernier communiqué de presse

22 mars, 2022

Le Pape François souhaite la bienvenue et rencontre des activistes ougandais·es pour la justice climatique en tournée pour arrêter l’oléoduc de pétrole brut EACOP en Afrique de l’Est

Rome, Italie – Le mercredi 23 mars à 9 heures CET, des activistes pour la justice climatique ougandais·es rencontreront le pape François au Vatican, demandant au chef de l’Église catholique de soutenir leur campagne visant à respecter le climat, les droits de leurs communautés et stopper la construction de l’oléoduc de pétrole brut EACOP (East Africa Crude Oil Pipeline) de Total. Le pape s’adressera à Vanessa Nakate, Diana Nabiruma et Maxwell Atuhura, et posera pour des photos à leurs côtés alors qu’ils tiendront un panneau de campagne.

Des photos de la réunion seront disponibles ici et ici à partir de 16 heures environ.

L’oléoduc d’Afrique de l’Est est un projet d’oléoduc de 1 443 km entre Hoima en Ouganda et le port de Tanga en Tanzanie qui, s’il est achevé, serait le plus long oléoduc chauffé du monde. Le risque probable de déversement de pétrole constitue une énorme menace pour les moyens de subsistance et le bien-être de dizaines de millions d’Ougandais et de Tanzaniens, et générerait plus de 34 millions de tonnes supplémentaires d’émissions de carbone chaque année, accélérant ainsi la crise climatique.

Vanessa Nakate, militante ougandaise pour la justice climatique et première à mener les grèves « Fridays for Future » en Ouganda, déclare : « Cette rencontre avec le pape François est vitale car cela fait des années que les militant·es, les défenseur·es de l’environnement et les scientifiques s’adressent aux dirigeants mondiaux pour leur faire part des dangers auxquels les populations et la planète sont confrontées. Nous leur avons demandé d’agir, mais au lieu de cela, ils continuent à investir dans les combustibles fossiles. Il est temps d’intensifier nos efforts pour mettre fin à l’ère des combustibles fossiles et le fait que le pape reconnaisse notre campagne StopEACOP confère encore plus d’autorité morale à nos demandes ».

Le pape François a toujours soutenu l’abandon des combustibles fossiles à l’échelle mondiale, en fournissant un cadre moral pour une transition vers une énergie propre dans son encyclique « Laudato Si » de 2015, et plus récemment en exhortant les catholiques à cesser d’investir dans les combustibles fossiles en 2020. La rencontre des militant·es avec le pape est une étape importante de la tournée StopEACOP à travers l’Europe, au cours de laquelle ils ont fait une intervention aux Nations unies à Genève, rencontré des représentants du gouvernement français, prononcé des discours devant des dizaines de milliers de personnes à Paris et rencontré des représentants de BNP Paribas pour demander la fin du financement des combustibles fossiles par les banques.

Hilda Flavia Nakabuye, militante ougandaise pour le climat et les droits environnementaux et fondatrice du mouvement ougandais Fridays for Future, déclare : « Nous voulons que les gens en Europe et dans le monde entier connaissent l’existence de l’oléoduc East Africa Crude Oil et de la campagne StopEACOP. Nous voulons qu’ils sachent que leurs banques et d’autres grandes entreprises européennes soutiennent le géant pétrolier Total, la société la plus responsable de la mise en place de l’oléoduc, quel qu’en soit le coût humain, tant qu’elle peut réaliser des bénéfices. Nous voulons que ce projet soit arrêté, ainsi que tout nouveau projet pétrolier en Afrique et dans le monde. »

La campagne StopEACOP prend de l’ampleur et fait pression sur les derniers partisans et financiers de l’oléoduc d’Afrique de l’Est. Le 17 mars, le quatrième plus grand (ré)assureur au monde, SCOR, a annoncé qu’il « ne fournira pas d’assurance ou de réassurance facultative concernant ce projet », rejoignant ainsi quinze grandes banques qui ont exclu tout soutien à l’oléoduc. Parmi les institutions financières qui continuent à soutenir EACOP, on peut citer Munich RE, Allianz, AIG, Standard Bank, ICBC, JPMorgan Chase, MUFG, Standard Chartered, Citi, Deutsche Bank et SMBC.

Diana Nabiruma, de l’Institut africain pour la gouvernance énergétique, une organisation à but non lucratif basée en Ouganda, déclare : « La tournée nous a permis de mobiliser des jeunes et des militants en Europe afin de faire pression sur Total, les banques, les assureurs, le système juridique et d’autres acteurs pour qu’ils arrêtent l’EACOP. En Ouganda, nous n’avons pas beaucoup d’espace pour nous mobiliser et nous engager dans des actions telles que des protestations qui sont nécessaires pour faire pression. Nous espérons que les jeunes et les activistes que nous avons engagés pourront continuer à faire pression par le biais de manifestations, de plaidoyer financier, en engageant les assureurs et plus encore. »

Vanessa Nakate ajoute : « Nous voulons voir la fin du financement de tout nouveau projet de combustible fossile comme l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est, et nous voulons voir de nouveaux investissements dans les énergies propres et durables. Une transition juste pour tous sans laisser de côté les communautés vulnérables et moins privilégiées. La promesse d’un financement climatique pour les communautés vulnérables doit être tenue et l’argent pour les pertes et dommages doit également être discuté et fourni aux communautés. »

La tournée StopEACOP se poursuit. Le jeudi 24 mars, Total organise une réunion avec des investisseurs sur le développement durable et les plans climatiques. Cet événement sera au centre d’une action visant à mettre en lumière les tentatives de Total de faire passer ses projets de développement durable pour des projets écologiques.

###

Note aux rédacteurs :

Porte-parole de StopEACOP disponibles pour une interview :

  • Vanessa Nakate : militante pour la justice climatique et auteure ougandaise, et première attaquante de Fridays For Future en Ouganda.
  • Diana Nabiruma : travaille à l’Institut africain pour la gouvernance énergétique (AFIEGO), une organisation à but non lucratif basée en Ouganda.
  • Maxwell Atuhura : Défenseur de l’environnement et des droits de l’homme et directeur exécutif de Tasha Research Institute Africa Limited, basé en Ouganda.
  • Hilda Flavia Nakabuye : Militante ougandaise pour les droits climatiques et environnementaux et fondatrice du mouvement ougandais Fridays for Future.

Pour organiser une interview avec l’un de ces porte-parole de la campagne StopEACOP, contactez : 

Faits concernant l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est :

  • L’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) sera long de plus de 1 400 km – la distance entre Paris et Rome – et longera le bassin du lac Victoria, qui est la plus grande réserve d’eau douce du continent et la source du Nil, entre l’Ouganda et la Tanzanie.
  • Le pétrole serait chauffé en permanence à 50°C pour le garder fluide et serait transporté jusqu’au port de Tanga, en Tanzanie, et dans des pétroliers de transport international. Ce serait le plus long oléoduc chauffé au monde.
  • Ce projet permettrait d’extraire 200 000 barils de pétrole par jour et générerait jusqu’à 34 millions de tonnes d’émissions de carbone par an, soit sept fois ce que l’Ouganda émet chaque année et environ 1/16e des émissions de la France.
  • Plus de 100 000 personnes sont chassées de leurs terres et expropriées.
  • Le projet risque d’empoisonner les ressources en eau et les zones humides de l’Ouganda et de la Tanzanie, notamment le bassin du lac Victoria, dont dépendent plus de 40 millions de personnes pour leur eau potable, leur production alimentaire et leurs moyens de subsistance.
  • Cela constituera une violation d’une multitude de droits humains : le droit à la propriété, le droit à un niveau de vie suffisant, le droit à l’alimentation, le droit à l’éducation, le droit à la santé, le droit à un logement adéquat, le droit à la vie et à la sécurité, le droit à la liberté d’expression, de réunion et d’association, et le droit au consentement préalable, libre et éclairé.
  • Les défenseur·es de l’environnement, des droits humains et des journalistes font l’objet de menaces, de harcèlement, d’intimidation, d’attaques, d’arrestations et d’emprisonnement.

Pour plus d’informations sur la campagne StopEACOP, veuillez consulter le site web de l’organisation.

Suivez les mises à jour en direct sur les médias sociaux avec #StopEACOP

Contacts

International

Sarah Wilbore
Global Communications Director
[email protected]
+1 416 407 3762
Canada

Kim Bryan
Associate Director, Traditional Communications
[email protected]
+44 756466 5669
Pays de Galle

Nathália Clark
Associate Director, Traditional Communications
[email protected]
+55 61 99137 1229
Brésil

Pascale Hunt
Senior Global Communications Specialist
[email protected]
[email protected]
Australia / Indonesia

Afrique

Christine Mbithi
Africa Communications Specialist
[email protected]
[email protected]
Kenya

Asie + Pacifique

Drue Slatter
Asia + Pacific Communications Manager
[email protected]
[email protected]
[email protected]
Japan

Masayoshi Iyoda
Japan Communications Specialist
[email protected]
[email protected]
Japan

Australie

Lucy Manne
CEO 350.org Australia
[email protected]
+61 417 387 516
Australie

Europe

Mark Raven
Senior Europe Communications Specialist
[email protected]
+44 20 7097 3819
Angleterre

Amerique Latine

Peri Días
Latin America Communications Manager
[email protected]
+591 7899 2202, +55 21 98372 8177
le Portugal

Etats-Unis

Thanu Yakupitiyage
Associate Director, U.S. Traditional Communications
[email protected], [email protected]
+1 413 687 5160
Etats-Unis

Rejoignez notre liste de presse

Communiqués de presse antérieurs

FacebookTwitter