Fridays for the Future annonce déjà un nombre record de 3500 événements dans 120 pays, dont au moins 34 pays européens. Ce nombre croît de jour en jour. En France, plus de 80 organisations, collectifs écologistes et en défense des droits sociaux appellent à “un nouveau temps de mobilisation générale” le vendredi 20 et samedi 21 septembre et annoncent des actions d’envergure. Plus de 150 événements sont déjà recensés.

Des adultes se joindront aux grèves organisées par les jeunes, qui commenceront le 20 septembre jusqu’au 27 septembre. Au cours des 12 derniers mois, le mouvement de grève pour le climat inspiré par Greta Thunberg s’est propagé comme une traînée de poudre à l’ensemble de la planète. Les organisateurs s’attendent à dépasser le nombre record de 1,6 million d’habitants enregistré en mars 2019.

 

Les grévistes demandent aux gouvernements de prendre des mesures urgentes pour éviter un désastre climatique catastrophique. La seule façon de le faire consiste à éliminer rapidement les combustibles fossiles et à entamer la transition urgente vers un avenir durable, fondé sur  la justice climatique et l’équité, les énergies renouvelables juste pour toutes et tous. Les actions se succéderont pendant une semaine de mobilisation centrée sur le Sommet pour le climat de l’ONU du 23 septembre.

Au cours de cette période, des médecins, enseignants, syndicats, éditeurs, associations religieuses et  des célébrités, entre autres, mèneront des actions de soutien à la Week for Future and Climate Justice (« Semaine pour le futur et la justice climatique »). Certaines d’entre elles mettront la pression sur les ministres de l’Économie et des Finances des pays européens, qui sont en mesure d’empêcher dans les semaines qui arrivent la Banque européenne d’investissement (le principal prêteur public du monde) de financer de nouveaux projets fossiles néfastes aux quatre coins du globe. Mille entreprises ont rejoint la “grève pour le climat digitale”, dont des employés d’Amazon. En Allemagne 191 événements y sont déjà prévus et le principal syndicat du pays, Verdi, encourage ses plus de 2 millions de membres à participer aux grèves. Elle est talonnée par le Royaume-Uni, où 139 événements sont d’ores et déjà programmés, et où le syndicat  TUC a appelé des millions de travailleurs à s’arrêter de travailler pendant 30 minutes. 

Jhon Cortes

Jhon Cortes

L’initiative Week for Future and Climate Justice sera marquée par des actions et des activités attirant l’attention sur les impacts dévastateurs du chaos climatique et écologique qui se font déjà sentir partout dans le monde. Les vagues de chaleur records qu’ont connues l’Europe, l’Arctique et l’Inde, les feux de forêt, les inondations, les famines, les sécheresses, les inégalités criantes et la répression systématique de la voix des communautés sont autant de signes indéniables d’une situation d’urgence climatique planétaire. C’est ce qui pousse les peuples à se révolter pour faire payer les pollueurs et contraindre les décideurs politiques à leur rendre des comptes en ces temps de crise.

« J’appelle tous les étudiants à descendre dans les rues et à faire la grève pour défendre leurs droits et réclamer une solution à la crise climatique durant le Sommet pour le climat de l’ONU de septembre. Je demande à tous les parents de laisser leurs enfants faire la grève, mais également de se joindre à nous, parce que nous avons besoin d’eux ». Mathis Grossnickel, Youth for Climate – Strasbourg, France.     

 

 

Voici quelques-uns des temps forts prévus en Europe :

A Paris, le 20, la grève pour le climat commencera à 12H30 à Nation et se terminera par un rassemblement de 14H30 à 19H au Parc de Bercy avec ateliers, conférences, village associatif et assemblées citoyennes. Le 21, le départ d’une marche est prévu à 14H suivie d’une action de désobéissance. Plus d’informations à suivre.

Des actions contre le financement des combustibles fossiles sont attendues à Berlin, Paris et Londres.

Des syndicats de France, du Royaume-Uni, d’Allemagne et d’Italie se joindront aux grèves menées par les jeunes. A ce jour en France, la C.G.T, FSU , Sud Education, CFDT ont apporté leur soutien à la mobilisation française, et l’Union syndicale Solidaires a d’ores et déjà déposé son préavis.

Des communautés spirituelles apporteront leur contribution à travers une méditation mondiale pour le climat, qui coïncidera avec le Sommet pour le climat de l’ONU du 23 septembre.

Le collectif d’artivisme Libérons le Louvre prévoit de marquer le coup pour exiger la fin du partenariat entre Total et le musée du Louvre.

Aux Pays-Bas, de vastes grèves ciblant notamment la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell sont programmées à Amsterdam et à La Haye.

En Belgique, une grève de grande ampleur sera organisée à Bruxelles la veille du Sommet pour le climat de l’ONU.

Au Royaume-Uni, les grévistes se mobiliseront entre autres en faveur de la justice migratoire et d’un « Green New Deal ». Ils recevront le précieux soutien de membres du personnel d’Immediate Media (la maison éditrice des magazines Radio Times et Top Gear), qui réclament que les annonces publicitaires des compagnies pétrolières et gazières soient bannies des publications du groupe.

En Suisse, les étudiants de Berne préparent une grève massive pour exiger l’abandon des combustibles fossiles, la justice climatique et une vie digne pour tous les habitants de la planète.

En Europe de l’Est, des manifestants s’opposeront à l’extension de l’exploitation minière en Silésie (Pologne). Des actions sont également prévues en Albanie, en Ukraine, en Bulgarie et en Croatie.

Vous en saurez davantage sur ces actions et les autres événements prévus partout dans le monde en consultant notre carte.

À New York, la grève du 20 septembre sera menée par de jeunes grévistes, dont Greta Thunberg, arrivée dans la ville pour participer au sommet du Secrétaire général de l’ONU. Le mouvement d’une semaine se fera pendant le Sommet des Nations Unies sur le climat qui se tiendra le 23 septembre et rassemblera les dirigeants mondiaux pour tenter d’accélérer les actions concrètes visant à mettre en œuvre l’Accord de Paris et à relever le défi du climat.  Tandis que les Nations Unies se rencontrent pour discuter des mesures urgentes à prendre pour lutter contre le changement climatique, les activistes envisagent de prendre pour cible la conférence mondiale des dirigeants de combustibles fossiles qui se tiendra à New York, le même jour que le sommet du Secrétaire général des Nations Unies.

« Nous ne pouvons ignorer l’appel à soutenir la grève mondiale que Greta et les jeunes du mouvement Fridays for Future lancent aux adultes : syndicats, organisations de travailleurs et employés doivent s’engager et lutter pour l’action climatique et des emplois qui ne compromettent pas l’avenir. Nous voulons apporter notre contribution afin que le 20 septembre marque un tournant décisif dans le combat pour une société plus juste et plus écologique. Nous appelons tous nos collègues à faire preuve de créativité, pour que les syndicats et les travailleurs puissent prendre une part active au mouvement en faveur du climat ». Helmut Born, syndicat Verdi, Allemagne.

« En tant que croyants, ne pas rejoindre cette grève serait trahir la foi en l’amour, la compassion et la justice que nous professons. Nos enfants nous lancent un appel. Nous devons y répondre. » Fletcher Harper, directeur exécutif de GreenFaith.

« Nous voulons que nos enfants se sentent concernés dès leur plus jeune âge, les sensibiliser aux impacts que l’industrie fossile exerce sur nos îles et les encourager à faire preuve d’innovation et de résilience pour surmonter cette crise mondiale dont ils ont malheureusement hérité. » Paula Leo, Pacific Climate Warrios, Vanuatu.

*****

Lors d’une conférence de presse en ligne qui s’est tenue le 12 septembre, des grévistes du climat et des experts internationaux ont exhorté le monde à s’unir pour lutter contre le changement climatique afin de préserver l’avenir de la planète.

«Nous appelons tout le monde à nous rejoindre, nous avons besoin d’un mouvement véritablement diversifié et multigénérationnel, composé de personnes de tous âges et de tous horizons, et pas seulement des jeunes. Nous avons besoin d’adultes qui se mobilisent pour appeler à l’action, soutenir les jeunes et faire des choses qu’ils ne peuvent pas faire. Nous devrions nous battre pour notre avenir. » Jerome Foster II, activiste des jeunes pour le climat

« La protection de l’environnement ne devrait pas être un mouvement ou un moment dans le temps, mais faire partie de notre culture. Les jeunes travaillent à la réalisation de cet objectif et nous avons besoin de tout le monde pour nous rejoindre. » Xiye Bastida, Fridays For Future New-York. 

«La fête des énergies fossiles sales est terminée, nous devons maintenant nettoyer le gâchis. Ceux qui ont causé le plus grand désordre ont les plus grandes responsabilités. Les pays riches doivent mettre fin à leur dépendance aux combustibles fossiles et accomplir une transformation totale en dix ans. Des millions de personnes dans les pays du Sud subissent déjà les effets dévastateurs des conditions météorologiques extrêmes, de l’élévation du niveau de la mer et de la faim.» Harjeet Singh, responsable mondial du changement climatique, ActionAid International

«La bonne nouvelle est que l’industrie des fossiles commence à perdre la bataille. Nous devons les remplacer maintenant pour maintenir le dérèglement en dessous de 1,5 degrés. Du 20 au 27 septembre ce sera la plus grande mobilisation climatique que nous ayons jamais vue, le monde va démontrer qu’il est prêt pour un changement. » Bill McKibben, auteur et fondateur de 350.org

«Je passe beaucoup de temps très près des réalités de la crise climatique à observer les impacts grandissants et amplifiés et je sais que la jeunesse d’aujourd’hui est confrontée à une période effrayante. Et c’est pourquoi des milliers de scientifiques du monde entier vont être en grève avec eux le vendredi 20 septembre. » Doreen Stabinksy, scientifique