Les manifestant·es aux côtés du groupe Indigenous Climate Action présent·es aux négociations climatiques de l’ONU en décembre savaient bien que le projet de mine de Teck serait une catastrophe pour le climat. Ça suffit ! Photo : Allan Lissner

Laissons les combustibles fossiles dans le sol : célébrons plusieurs grandes victoires de la semaine dernière contre l’industrie fossile, à travers le monde.

Dans la région des sables bitumineux du Canada, le plus grand projet de mine à ciel ouvert jamais pensé a été mis au placard, grâce au pouvoir citoyen. La société derrière le projet, Teck Resources, a elle-même déclaré que ce sont les incertitudes vis-à-vis de la politique climatique et le mouvement de contestation au Canada qui ont conduit à l’annulation du projet. Indigenous Climate Action, 350 Canada et de nombreux autres groupes ont opposé une résistance historique : ils continuent de faire pression pour que les retombées fassent avancer le Green New Deal.

Aux Philippines, l’ensemble des nouveaux projets de centrales à charbon vient d’être interdit dans la province d’Antique après des années d’actions anti-charbon dans la région. Le conseil d’administration provincial a déclaré que les projets avaient été interdits à cause des effets néfastes du charbon sur la santé des populations locales.


Des militant·es autochtones lors d’une audience publique sur la mine géante tenue au Parlement de Rio Grande do Sul. Photo : 350 Brasil

Le projet qui serait devenu la plus grande mine à ciel ouvert d’Amérique latine a été annulé par une Cour fédérale vendredi, grâce à une campagne de marches, d’information du public et de mobilisation. La Cour a expliqué que le facteur déterminant dans sa décision a reposé sur le fait que la société charbonnière n’a pas consulté les populations autochtones locales. Aujourd’hui des familles d’agriculteurs, des autochtones et des pêcheurs ainsi que les 4,5 millions de personnes vivant dans la capitale avoisinante de l’État, Porto Alegre, ne seront pas mises en danger. La production de 4,5 gigatonnes de carbone, la quantité astronomique qui aurait été émise pendant la durée de vie de la mine, sera évitée. Plus d’infos (en anglais)

Le pouvoir citoyen porte ses fruits, et c’est entièrement grâce à vous ! Ces victoires décisives font que les combustibles fossiles restent à leur place – dans le sol. Continuez votre lecture pour vous inspirer de récits du monde entier.


« Vous ne pouvez pas financer ce qui nous tue. Ça n’a aucun sens. » Meshack Mbangula du groupe Mining Affected Communities in Action prend la parole à Pretoria. Photo : 350 Africa

Des militant·es ont demandé lundi avant son discours sur le budget que le ministre des Finances d’Afrique du Sud Tito Mboweni cesse de financer l’industrie fossile avec des fonds publics. Ils et elles ont ciblé la Banque nationale de développement et une autre institution financière publique, l’IDC, qui alimentent la crise climatique en finançant des projets d’extraction de combustibles fossiles au lieu d’opter pour des solutions renouvelables. Plus d’infos (en anglais)

La source des financements : mardi, la société JP Morgan Chase, l’institution qui prête le plus à l’industrie fossile au monde a annoncé une nouvelle politique climatique très insuffisante. Pour en savoir plus, lisez cet article de Bill McKibben paru dans le magazine Rolling Stone (en anglais) qui explique pourquoi JP Morgan Chase est devenue une cible de campagne majeure aux États-Unis.


Kiev : des membres du groupe Energy Transition Coalition tiennent des affiches sur lesquelles est inscrit le nom des villes ukrainiennes à s’être déjà engagées en faveur des énergies renouvelables. Photo : Valentyna Novikova

100 % d’énergies renouvelables : des milliers de personnes dans toute l’Ukraine font savoir au gouvernement que son plan de transition énergétique ne va pas assez loin. Vendredi, devant le ministère de l’Énergie et des Mines, une coalition de jeunes a demandé l’élaboration d’un plan national pour aboutir à 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050, et mettre fin à l’ouverture de nouvelles mines de charbon, qui nuisent aux populations les plus touchées par l’extraction.

Océans propres : la société pétrolière autrichienne OMV a abandonné ses activités d’extraction minière en eaux profondes au large d’Otago, en Nouvelle-Zélande, après avoir tenté sans succès de trouver des gisements pétroliers. L’entreprise possède encore deux autres sites actifs, mais le public se mobilise pour sortir définitivement OMV.  Quelques jours plus tard, Equinor (anciennement Statoil) a annoncé que la société ne ferait pas d’extraction minière dans les eaux cristallines de la Grande Baie australienne, une raison de plus de se réjouir pour les militant·es qui se sont battu·es pour sa protection.


Les personnes présentes ont accueilli la pluie sous des parapluies colorés et des slogans en anglais et en indonésien pour la marche. Photo : Andrew Daniel

Mobilisation ! Un groupe de jeunes est descendu dans la rue dimanche à Jakarta en Indonésie pour demander au gouvernement de déclarer l’état d’urgence climatique.

Dans le monde entier, jeunes et adultes se préparent pour un mois décisif de grèves et d’actions grandissantes pour le climat, qui commenceront en mars. Échangez avec les personnes de votre entourage pour découvrir comment rejoindre ou soutenir les marches du vendredi 13 mars et samedi 14 mars en France.

Histoire vécue

« On est une étude de cas, des cobayes. »

Début janvier dernier, la qualité de l’air dans la capitale de l’Australie a atteint 26 fois le niveau considéré dangereux pour les humains – un niveau tellement haut que ses effets sur le long terme sont encore inconnus. Écoutez un témoignage d’une personne sur place qui décrit les conséquences sur sa santé dans cet article interactif du journal The Guardian (en anglais).

C’est tout pour aujourd’hui – nous serons bientôt de retour avec plus de nouvelles Zéro Fossile du monde entier. En attendant, continuez à relayer ces histoires et à célébrer les belles victoires !